p 54 John_Stuart_Mill    Aux nécessités matérielles de l'existence il fallait faire face. En la personne de John Stuart Mill, cette fois d'une autre façon et au-delà des affinités d'ordre culturel, Fabre trouvera l'aide matérielle nécessaire et la manifestation la plus sincère de l'amitié. Afin de palier pendant quelque temps les difficultés et sans vouloir accepter quelque forme de reconnaissance [de dette], Stuart Mill fait à Fabre un prêt de trois mille francs.

     Mais il était urgent pour Fabre d'entreprendre un travail lui permettant, d'une part d'obtenir des revenus, d'autre part de poursuivre, en dépit de l'isolement, cette démarche, pour lui essentielle : la pédagogie. Aussi bien en entomologie que pour l'enseignement général, l'écrivain, grâce à Charles Delagrave, allait au cours de cette période entreprendre une série d'ouvrages pour la formation des jeunes, une oeuvre écrite d'une importance telle que celle-ci autorise peu de comparaisons.

     Si l'oeuvre atteint une telle ampleur c'est parce qu'elle possède une dimension à la fois scientifique et littéraire. De cela Fabre s'expliquera lui-même, notamment dans les Souvenirs : « Avant de philosopher fallait-il vivre. [...] D'autres m'ont reproché mon langage, qui n'a pas la solennité, disons mieux, la sécheresse académique. Ils craignent qu'une page qui se lit sans fatigue ne soit pas toujours l'expression de la vérité. Si je les en croyais, on n'est profond qu'à la condition d'être obscur [...]. oui, mes pages non hérissées de formules creuses, de savantasses élucubrations, sont l'exact narré des faits observés, rien de plus, rien de moins. [...] Et pourquoi ne compléterais-je pas ma pensée : les sangliers ont troublé l'eau claire des fontaines ; l'histoire naturelle, cette magnifique étude du jeune âge, à force de perfectionnements cellulaires, est devenue chose odieuse, rebutante. Or, si j'écris pour les savants, pour les philosophes qui tenteront un jour de débrouiller un peu l'ardu problème de l'instinct, j'écris aussi, j'écris surtout, pour les jeunes, à qui je désire faire aimer cette histoire naturelle que vous faites tant haïr ; et voilà pourquoi, tout en restant dans le scrupuleux domaine du vrai, je m'abstiens de votre prose scientifique, qui trop souvent, hélas ! semble empruntée à quelque idiome de Hurons » (Série II, « L'Harmas ».)

     Il est permis de voir là une profession de foi !  Ayant définitivement adopté un mode de vie qui associera quête entomologique et possibilité de diffuser divers enseignements, Fabre, soulignons-le, aura cette attitude renouvelée qui consistera, d'une circonstance défavorable, à retirer des conséquences positives, constructives. L'épreuve qu'il vient de subir était parmi les plus éprouvantes ; il en tire une volonté toute puissante de progression personnelle, inflexible ; c'est l'occasion de triompher de lui-même. A ce moment comme en diverses circonstances, cette attitude de Fabre force le respect et peut expliquer l'admiration qu'il suscite en Extrême-Orient, en particulier au Japon, attitude satisfaisant à la fois les exigences de la rigueur qui sont celles du confucianisme, et une profonde compréhension des lois dictées par la nature, telles que l'entend le shintoïsme.

     Ainsi, à l'issue de multiples épisodes douloureux, nous pouvons vérifier l'authenticité de cet axiome rapporté du vivant du naturaliste par le docteur Legros, qui précède le texte de sa première biographie : De fimo as excelsa, Du bas vers la perfection. Souvent, les fidèles amis, Verlot et Delacour, prennent la route d'Orange et contribuent à l'organisation de collections végétales à la Vinarde. Introduits par Adrien Gasparin, les orangers des Osages, Maclura aurantiaca, sont encore présents aujourd'hui sur cette propriété.

      ファ-ブルは生活費を工面する必要に迫られた。ジョン・スチュワ-ト・ミルは真の友情を示し、彼に救いの手を差し伸べた。スチュアート・ミルは借用証書や担保などの一切の形式を拒否して、一時をしのぐための三千フランをファ-ブルに貸与した。

      しかしファ-ブルは、今や彼にとって重要となった教科書の執筆を続けるためには、収入を伴う仕事を始めなければならなかった。シャールル・ドゥラグラヴのお蔭で、青少年のために彼は昆虫学や総合教育のシリーズ本を書き、その膨大な作品は他に類を見ないものであった。これらの作品が成功した要因は、科学的であるとともに文学的な広がりを持っていたからである。特にこのことについてファ-ブルは昆虫記の中で書いている《哲学を語る前に先ず生きなければならない..中には、私の文体には荘厳さ、もっとはっきり言えば学者風の味気なさがないといって非難するものがいる。彼らは、楽に読める文章は全く真実を語る本ではないと思っている。もし私がそれを信じるならば、難解でなければ深いとは言わないのだ...そうだとも、私の表現は気障りも空虚でもなく、観察したままを記録したもので、それ以上でもそれ以下でもない...私の本心を言おう。猪たちはきれいな泉の水を濁したのだ。若者には打って付けの自然科学という学問は、細胞や原形質などを押し付けたがために、不愉快で忌まわしいものになってしまった。ときに私が何かを書くのは、本能の難しい問題を少しでも解明しようとする学者や哲学者、特に若者のためであり、かくもあなたがたに嫌悪を感じさせてしまった自然史を、好きになって貰いたかったからである。それで私は真実という厳正な領域に留まって、あなたがたの、残念ながらしばしばヒューロン語のような科学的文体とは無縁でありたいと思っている》(2巻、「アルマス」)。

      それは信条の表明である!ファ-ブルは虫の研究と多くの分野の教科書が出版できるこの新しい生活を最終的に選んだ。彼はいま一度、不運から幸運を引き出す能力を示した。アヴィニョンの不幸な出来事は、ファ-ブルに不撓不屈の意志で自分を向上させた。それは自分に打ち勝つチャンスである。このような心理は人々に尊敬の念を起こさせ、それがおそらく極東の特に日本人に感銘を与えたのだろう。ファ-ブルの考え方は儒教の厳格さと神道の自然の掟への深い理解を合わせ持ったものである。

      ルグロ博士はファ-ブルの伝記を二つ書いた。最初の本の扉に De fimo as excelsa 「底辺から頂上へ」とファ-ブルの人生を要約して書いた。ファ-ブルがさまざまな不幸に打ち勝って開花していったことは事実である。

p 55 461_album_dauphiné,_Orange,_vue_prise_du_théatre,_by_AD_cropped

【絵】Orange, vue prise du théâtre, 1840. 劇場から見たオランジュの町、1840年。
    Gravure d'Alexandre Debelle. Archives de la librairie Roumanille.
版画:アレクサンドル・ ドゥベル。ルマニーユ出版社の資料。

      Mais pour accomplir cette oeuvre pédagogique écrite, pour poursuivre dans des conditions favorables la quête du savoir associé à l'écriture qui sera désormais pour Fabre le moyen de communication privilégié, il faut un cadre. Et le naturaliste est fort exigeant là aussi. Dans un premier temps, à Orange, il est accueilli par un ami de la famille, le docteur Ripert. Provisoirement, Marie-Césarine et ses cinq enfants seront très souvent chez ses parents à Carpentras. Fabre est donc reçu en invité. On imagine assez difficilement comment le naturaliste aurait pu recréer son univers, un univers propre à satisfaire les exigences de ses recherches. De plus, la famille Ripert menait un train de vie plutôt bourgeois. Fabre lui, enfin soustrait aux contraintes d'une vie professionnelle naguère organisée, n'aspirait qu'à régler son emploi du temps en fonction des moeurs des insectes !  Assez rapidement, il quitta ses hôtes pour s'installer en ville, et en famille, place des Cordeliers à Orange. Ce nouveau domicile présentait un avantage, il se situait juste à proximité du théâtre antique et on sait l'intérêt que l'entomologiste portait au passé, à cette culture antique et à l'histoire. Mais surgissait là aussi des inconvénients. En ce lieu bruyant, on était loin de la nature ; il ne pouvait être question de se livrer en toute quiétude à des études d'histoire naturelle.

     Enfin, les Fabre s'installent en location dans une belle demeure : la Vinarde, route de Camaret. Cette étape rapproche l'entomologiste de ce qu'il poursuit depuis longtemps, un lieu où il pourra partiellement satisfaire ses plus profondes aspirations : exercer en paix, travailler sans que soit troublée sa réflexion, sa famille présente à ses côtés. De vastes dimensions, la Vinarde, construite à la fin du XVIIe siècle, est digne d'intérêt à tous égards. La maison située à l'une des sorties de la ville, reliée à la route par une grandiose allée de platanes, est entourée d'un assez grand espace et la façade opposée à l'allée s'ouvre sur une claire perspective dans laquelle apparaît la mont Ventoux. C'est dire que madame Fabre et sa famille déjà grande ne seront pas isolées de la ville, que le savant est à pied-d'oeuvre pour aller herboriser, courir après l'insecte. C'est le lieu où va être écrite la première série des Souvenirs. A la Vinarde, qu'Etienne  Vinard citoyen de Courthézon puis d'Orange habita à la fin du XVIIe siècle, les Fabre seront installées pour presque neuf ans, jusqu'en 1879. Le ton ici sera donné : cette année paraîtra le premier de dix volumes de cette oeuvre qu'à la Vinarde précisément, Fabre voulut intituler Souvenirs entomologiques.

     Il est significatif de voir comment en ce lieu orangeois se dessinent les grands traits d'existence de Fabre, comparables à ceux qui seront vécus à l'Harmas jusqu'à la fin de sa vie. Là, par un travail acharné, il prépare l'environnement dans lequel il lui sera possible de créer. La garrigue ensoleillée est située à proximité de l'habitation. Sur le terrain attenant, il va procéder à  l'installaation d'un rudiment de jardin botanique, lorsque ses fonctions de conservateur du musée Requien et de son jardin botanique prennent fin en 1873.

     Non loin de là, parmi les alluvions de l'Aygues, envahies de galets roulés que les eaux ne visitent plus, l'entomologiste retrouvera cet hyménoptère que les travaux de Réaumur lui avaient fait découvrir au temps où il enseignait à Carpentras : l'abeille maçonne ou chalichodome des murailles. Il reprend les observations multiples, pour mesurer les déplacements de l'insecte, il se fait aider par ses filles, Antonia déjà âgée de vingt ans et Aglaé de dix-sept. Sur le rebord de la toiture d'un hangar situé près de la maison, des chalicodomes de Sicile se sont installés ; quelle chance parmi d'autres :  « Une échelle est dressée contre le mur pour arriver au nid : elle doit servir à ma fille Aglaé, et lui permettre de constater l'instant précis du retour de la première Abeille. La pendule de la cheminée et ma montre sont mises en concordance pour la comparaison du moment de départ et du moment d'arrivée. Les choses ainsi disposées, j'emporte mes quarante captives et me rends au point même où travaille le Chalicodome des murailles, dans les alluvions de l'Aygues. La course aura double but : observation de la maçonne de Réaumur et mise en liberté de la maçonne sicilienne. Pour le retour de celle-ci la distance sera donc encore de quatre kilomètres.» (Série I, « Expériences ».)

     Incontestablement, dans la réalisation de ses travaux de botanique à Orange, Fabre trouvera parmi les membres de sa famille l'auxiliaire le plus remarquable. Né en 1862, à Avignon, le petit Jules a presque dix ans au moment de l'installation à la Vinarde. Des cinq enfants et en dépit de son âge, c'est lui qui, de loin, est le plus concerné par les travaux du naturaliste. En lui, Fabre entrevoit pour plus tard un authentique successeur. Son intérêt pour les plantes, pour les fleurs comme pour les insectes était incomparable. Le père consacrait une très large attention à l'éducation des enfants et Jules était étonnamment réceptif. On rapportera que souvent, les yeux fermés et par le seul truchement du toucher et de l'odorat, il réussissait à donner le nom de nombreuses plantes.

     A cette époque déjà, lorsque la durée des jours allait en diminuant et que la rosée ou les premières pluies redonnaient vie à la garrigue, on allait en famille découvrir et récolter des champignons. Comme leur durée était éphémère et que les descriptions écrites ne suffisaient guère à en perpétuer l'image, Fabre commença alors à représenter à l'aquarelle ceux qui étaient les plus accessibles ; ébauche colorée d'un enseignement qui bientôt, presque essentiellement livresque, n'en aura pas moins d'ampleur.

      自分の研究といまや重要な伝達手段となった教科書の執筆を、同時に快適に続けるためには、それにふさわしい環境が必要であった。その点についてファ-ブルの要求は大きかった。オランジュに移り住んだ当初ファ-ブルは、家族の知り合いで友人のリペール博士のところへ迎えられた。その間マリー・セザリーヌと五人の子供はカルパントラの彼女の実家に戻っていた。ファ-ブルは友人宅につまりお客として滞在していた。どうやって彼がこのような状況の下で、自分の研究を満足させうる環境を再建することができたのか、想像するのはかなり難しいことである。それにリペール家はかなりブルジョワの生活を送っていた。学校という拘束からついに解き放たれたファ-ブルは、自分の時間を昆虫の習性に合わせることしか考えなかった!かなり早期に彼はこの家を出て、家族とともにオランジュ市のコルドリエール広場に家を借りて移り住んだ。この新しい住居のよい点は、古代劇場の近くにあり、かってファ-ブルが古代文化と歴史に興味があったことを私達は知っている。しかし不都合なこともあった。ここは自然から程遠く騒々しかったので、静かに自然史の研究に没頭することができなかった。

      やっとファ-ブルは、キャマレに向かう道路のラ・ヴィナールドにりっぱな屋敷を借りることができた。ここは彼の昔からの夢の一部が叶えられたところである。17世紀の終り頃に建てられたラ・ヴィナールドは広大で静かであり、家族全員が一緒にのびのびと暮しても、ファ-ブルの思考の妨げにはならなかった。この家は町外れにあり、広い敷地に囲まれ、オランジュに向かう道路までの間には素晴らしく大きなプラタナスの並木道があり、反対側の遮るものもない景色の中にはヴァントゥ山が見える。ファ-ブル夫人と大きくなった子供たちは町にも遠くなく、ファ-ブルは居ながらにして草を探したり虫を追ったりすることができる。ここで昆虫記の一巻目は書かれることになる。ラ・ヴィナ-ルドはクルテゾンのエティエーヌ・ヴィナールが17世紀の終りに住んでいた家である。ファ-ブル一家は1879年までの約9年間ここに住んでいた。この年に昆虫記十巻の作品の一巻目が世に出、ファ-ブルはそれに「昆虫学の思い出」と題することを望んだ。

      このオランジュ滞在は終生の住家であるアルマスの生活の雛形のようなものであった。猛烈な努力の甲斐があって彼はそこにでき得るかぎりの自然環境を整えることができた。日当たりの良いガリッグは家の近くにあった。ルキャン美術館とその植物公園を1973年に退職したファ-ブルは、敷地内に小さな植物園を作った。忠実な友人であるヴェルロとデラクールはよく家に寄り、いろいろな珍しい植物を持って来てくれた。アドリアン・ガスパランによって持ち込まれた  Maclura aurantiaca の木は今でもアルマスの庭に残っている。

      ファ-ブルは近くのエーグ河の水の引いた川原石のある沖積層で、カルパントラ時代にレオミュールの本で出会った左官蜂の Chalicodoma muraria (カベヌリハナバチ)を見つけた。この虫の行動範囲を知るために、もう20才になった娘のアントニアと17才のアグラエの助けを得て何度も観察を繰り返した。家の側にある納屋の屋根の縁にシシリアドロヌリハナバチ【Chalicodoma sicula 】が巣を作っていた。まったく幸運であった。《巣に届くように梯子を壁に立て掛けた。娘のアグラエがこれに登って、最初の蜜蜂が戻ってくる正確な時間を確認できるようにした。蜜蜂が出ていく時間と戻ってくる時間を比較するために、暖炉の上の置時計と自分の腕時計を合わせた。このような準備が終れば、私は四十匹の「捕虜」を持ってエーグ河の沖積層でカベヌリハナバチが仕事をしている地点に赴いた。この遠出は、レオミュールの左官蜂の観察と、シシリア左官蜂を放すという二つの意味があった。このシシリア左官蜂が戻って来る距離は40キロメートルである...》(一巻、「実験」)

      植物学の優秀な助手は家族の中にいた。アヴィニョンで1862年に生れた息子のジュルは、ヴィナールドに来た当時10才であった。5人の子供の中で、父親の研究にいちばん興味を示したのは幼いジュルである。ファ-ブルは彼に真の後継者を見た。植物、花、虫についての関心は無類のものであった。ファ-ブルは子供の教育の重要性を認識しており、多くの時間をそれに費やしたが、ジュルはとても感性が豊かであった。彼は目を閉じていても、植物に触り、香りを嗅ぐだけで多くの種を言い当てたという。

      日が短くなり、夜露や雨がガリッグを生き返らせた時などには家族できのこ採りにいった。短命なきのこは記述だけでは十分ではなく、ファ-ブルは手に入る限のきのこを水彩画に描き始めた。彼にとって菌学はほとんど本による知識であったが、きのこの絵は少しづつ増えていった。

     C'est pour l'instruction des enfants et du grand public que Fabre, à Orange, écrit le plus grand nombre de livres, scolaires et ouvrages de lecture. Environ trente volumes auront vu le jour dans le cadre de la Vinarde ; années ô combien laborieuses à cet égard. Aux cours des mois pendant lesquels courent les insectes, à plusieurs kilomètres à la ronde autour d'Orange, Fabre observe, expérimente, prend des notes ; il consacre les autres périodes de l'année, tous les instants laissés libres, à rédiger ses livres. Plusieurs générations d'élèves, aux niveaux primaire ou secondaire, apprendront de nombreuses sciences, en particulier physiques et naturelles à travers les livres de Fabre que ne cessera de publier Charles Delagrave jusqu'à la fin du XIXe siècle. Parmi les titres parus en cette période, on peut citer ; Arithmétique ; Algèbre et Trigonométrie ; Lectures scientifiques ; Botanique et Zoologie ; Le Ménage ou causerie sur l'économie domestique ; Géographie ; Chimie organique ; Notions d'histoire naturelle ; Zoologie ; Botanique ; Géologie ; Physique ; Astronomie élémentaire puis, les Cours de cosmographie connaîtront un très grand succès, comparable à celui remporté par Le Ciel quelques années plus tôt. 

     Car lorsque, au cours des nuits d'été, la nature, les fleurs, les bêtes et les hommes trouvent repos et fraîcheur, on contemple et explique le ciel : « Par une nuit sereine, qui n'a remarqué cette écharpe lumineuse, pareille a une traînée phosphorescente, qui ceint le ciel d'un bout à l'autre ? Les astronomes l'appellent la voie lactée ; le vulgaire, le chemin de Saint-Jacques.[...] Junon, à ce que racontait l'antiquité, allaitait un jour Hercule enfant. Quelques gouttes du lait divin s'échap pèrent des lèvres du nourrisson, et, s'épanchant sur la voûte céleste, formèrent la voie lactée, la voie du lait. La science a conservé le mot des rêveries antiques ; mais elle a, pour la prétendue traînée de lait, une explication bien autrement majestueuse...» ( Fabre; Le Ciel, 1878.)

     Avec une certaine allégresse, Fabre explique aux enfants l'univers ; rarement la poésie est absente de ces récits scientifiques, que ces derniers concernent l'insecte ou l'un ou l'autre des deux règnes et c'est pour cela aussi qu'aujourd'hui encore, les enfants japonais apprennent l'histoire naturelle en lisant Fabre.

     Fort lié avec John Stuart Mill, défenseur aux Communes des mesures enfin instaurées en faveur de la protection de la femme et de l'enfant, il écrira également L'industrie, ouvrage dans lequel il pourra dénoncer certains abus. Ainsi, ayant écrit tant et tant de pages instructives et belles, Fabre aura, en peu de temps, à la fois remboursé à Suart Mill la somme que celui-ci lui avait prêtée et réalisé le rêve d'être bien tôt propriétaire d'une maison.

     Avant cela, toutefois, l'attendait la plus cruelle épreuve de sa vie. En 1877, disparaît cet enfant si cher, Jules, auquel il dédiera la seconde série des Souvenirs entomologiques. La même année, il perd son ami Suart Mill. En 1878, pourtant robuste à l'extrême, il faillit lui-même mourir d'une pneumonie. Imposante et spacieuse mais froide l'hiver venu, édifiée sur une plaine souvent humide, l'habitation de la Vinarde n'était pas saine, elle ne pouvait cependant pas être aménagée de façon différente, les Fabre n'étant que locataires des lieux. De plus, un matin, le propriétaire fit subir aux platanes de la si belle allée qui conduisait à la route, un élagage, une mutilation qui, aux yeux du naturaliste, fut intolérable. La décision fut prise sans délai : il quittait Orange ; il allait acquérir enfin la maison qui lui convenait totalement et commencer l'ultime et grandiose étape, celle de la vie à Sérignan-du-Comtat.

      オランジュで、ファ-ブルは子供と大衆の教育のために、30巻にも及ぶ教科書や物語を描いた。このヴィナールドでの年月の何という勤勉さ!虫が躍動を始める季節になると、ファ-ブルはオランジュの周辺を何キロメートルも、観察や実験やメモのために歩き回り、それ以外の時期やひまがある時は本を執筆した。ファ-ブルが書いたドゥラグラヴ版の教科書は、20世紀の終りまで何世代もの小学生から高校生に利用された。それは「算数、代数と三角法、科学読本、植物学と動物学、家政あるいは家計についてのおしゃべり、地理学、有機化学、自然史入門、動物学、植物学、地質学、物理学、初級天文学」などであり、さらに「宇宙形状誌入門書」は先に書いた「空」に匹敵する大きな成功を博した本であった。

      自然、花、動物、そして人間が休息と涼感にほっとする夏の夜、ファ-ブルは空を眺めながら子供たちに《晴れた夜、発光性の湯気のような尾を引いた光りのマフラーが、空の端から端まで架かっているのをみんな見たことがあるだろう。天文学者はそれをミルキー・ウエィ(銀河)と呼び、俗にサン・ジャックの道と言われているものだよ。ギリシャ神話では、ヘラが小さなヘラクレスにこれを授乳したと言われている。この神からの乳の数滴が子供の口からこぼれて空の穹窿にちりばめられ、それが乳の道となったのだよ。科学は古代の夢みる人々の言葉を秘めているが、いわゆる乳の跡についてはもっと荘厳な解釈をしているのだ...》(ファ-ブル、「空」)。

      ファ-ブルは子供達に宇宙のことを楽しく話して聞かせた。虫でも、動物でも植物でも彼の話しにはいつも詩があったので、それが、現在でも日本の子供がファ-ブルを読みながら自然史を学んでいる大きな理由の一つだと思われる。

      ファ-ブルの親友のジョン・スチュアート・ミルは英国下院議員で、やっと成立した婦女子保護法の擁護者であり、彼の著作の「工業」の中で資本家の搾取を糾弾している。次々に書かれた楽しくて教育的な頁のお蔭で、ファ-ブルはスチュアート・ミルに借りていたお金をすぐに返すことができたし、自分の家を持つ夢もまもなく実現する。

      しかしその前に、彼の人生で最大の試練が待ち受けていた。1877年にいとしい息子のジュルが亡くなった。ファ-ブルは昆虫記の2巻を息子に献呈した。同じ年に彼はスチュアート・ミルも亡くしている。鉄のように頑健なファ-ブルも、1878年に肺炎に罹って死ぬところであった。広大で堂  としたヴィナールドの家は、冬になると湿気が多く不健康であった。借家人であるファ-ブルはこの家を改良することができなかった。そのうえ、ある朝家主が、小さな道路に続くあの素晴らしい並木のプラタナスを、切断したり枝おろしをさせているのを眼の当りにしたファ-ブルはそれには耐えられなかった。そこですぐにここを出ていく決心をし、オランジュを後にした。ついに彼はまったく自分にふさわしい住居を手に入れると、壮大で終の住処であるセリニャン・デュ・コンタの生活を始めた。