Pycnoporus coccineus (Fries) Bondartsev & Singer 1941, Annales Mycologici 39 (1): 59
   
Tramète cocciné, Polypore couleur de feu (ヒイロタケ)
 

Pycnoporus coccineus (ヒイロタケ)

 
  • Basidiomycota / Homobasidiomycetes / Polyporales / Coriolaceae
  • Synonymes

Pycnoporus sanguineus ss. auct. jap. plur. ;
Polyporus coccineus Fr. 1851 ;
Fomes coccineus (Fr.) Cooke 1885 ;
Scindalma coccineum (Fr.) Kuntze 1898 ;
Polystictus coccineus (Fr.) Lloyd, 1916

  • Chapeaux le plus souvent dimidiés, sub-hémisphériques, largement soudés au support, plus rarement rétrécis au point d'attache, 3-10-(15)cm de diamètre x 0,4-0,7-(1) cm, surface unie, glabre puis veloutée au toucher comme une peau de chamois, d'abord rouge orangé à rouge corail, pâlissant avec le temps et les intempéries. Marge obtuse, concolore ou rarement jaune orangé.
  • Surface inférieure porée, rouge orangé à rouge vif, "sang de dragon". Pores minuscules, 6-8/ mm. Tubes concolores 1-2 mm de long, contrastant vivement, à la coupe, avec le contexte subéreux plus pâle.
  • Ecologie: Asie du Sud-Est et Asie tropicale. Au Japon, au sud de Hondô, en troupe sur les branches mortes, provoque une pourriture blanche qui gagne le bois initialement teinté de rouge orangé par le mycélium.
  • Comestibilité inconnue
  • Références bibliographiques : IH1 782 ; IOH p. 468
  • Commentaires Deux substances antibiotiques ont été isolées dans ce champignon lors de tests menés suite à leur utilisation par les populations aborigènes d'Australie, notamment pour curer les ulcères de la bouche.