Pisolithus arrhizus (Scop. : Pers.) Raush. 1959
   
Pisolithe du teinturier, Pisolithe sans racine (コツブタケ)
 

Pisolithus arhizus 1988_1028 mont-redim4000

 
 
  • Basidiomycota / Gasteromycetes / Sclerodermales / Pisolithaceae
  • Synonymes : P. tinctorius ; P. arenarius
  • Gléba pâteuse puis pulvérulente, constituée d'une multitude de logettes en alvéoles brun rougeâtre à cloisons stériles, minces, molles, garnis de péridioles ellipsoïdes, revêtues d'un duvet jaune. Une coupe verticale du carpophore montre trois zones concentriques différentes étagées:
    - petits péridioles jaunes immatures à la base,
    - plus grands (2 x 5 mm), brun noirâtre et succulents dans la partie médiane,
    - secs, pulvérulents, brun jaunâtre au sommet.

 

  • Saveur douce. Odeur fongique agréable.
  • Subsessile ou muni d'un pied court (1,5-3 cm) enfoui dans le sable (cf. "arenarius"), plein et dur, épais de 1-2,5 cm, plus ou moins ramifié pour contourner les obstacles, garni d'un mycélium basal en chevelu brunâtre.
  • Cosmopolite (Europe, Afrique, Asie, Mexique, Japon...)quoi qu'assez rare, du printemps à l'automne dans les sols pauvres, secs et chauds, souvent sablonneux, les terrils, clairières des pinèdes ou chênaies, à tendance calcifuge.
  • Comestibilité douteuse (voir plus bas)

 

  • Références bibliographiques : CD 1724 ; Cetto 357 ; Marchand 183 ; Bon p. 303 ; Phillips p. 251 ; IH2 865 ; Yoshimi 89 ; IOH p. 501 ; Mycotaxon 112 p. 291-315 ;
  • Commentaires : Probablement introduit en Europe depuis l'Australasie avec l'Eucalyptus, son aire d'invasion s'étend régulièrement vers le nord (il a atteint le Japon au XIIe siècle et l'Irlande en 1985).

Consommé à l'état jeune, selon Marchand, notamment pelé et séché en lanières, pour colorer (l'épithète "tinctorius" = du teinturier" se réfère à l'usage en ébénisterie du pigment brun olivacé extrait du gélin de la paroi des pseudopéridioles) en brun, mais aussi pour colorer et aromatiser les sauces et potages.

NB: orthographié avec deux r ou un seul selon les auteurs. Pisolithus arhizus est le chef de file d'un complexe de plusieurs taxons faciles à séparer par l'analyse moléculaire mais très semblables morphologiquement.