III. Noms d'espèces standards et vernaculaires (suite)

F. Champignons à lamelles (Suite)

 

 

Lepiota_procera_Pinx_Chenantais

25. Macrolepiota procera (Scop. : Fr.) Singer 

Karakasa-také 唐笠茸、カラカサタケ « Champignon parasol ».

  • Nigiri-také 握り茸、ニギリタケ [Nagano] : « Champignon poigne ».
  • Tsuru-také 鶴茸、 ツルタケ [Fukushima, Iwaté]. «Champignon grue ». C'est aussi le nom standart pour Amanita vaginata. Les deux espèces possèdent des stipes longs comme les pattes des grues.
  • Shôtan 松耳 ショウタン [Iwaté]. « Champignon du Pin ».

Le jeune chapeau globuleux, non encore étalé, étant mou et flexible, il reprend facilement sa forme s'il a été comprimé, puis relâché. Le Shinyô kinpu signale en note : « Ce champignon pousse sur sol humide. Le jeune carpophore ressemble au sexe mâle. Il se contracte quand on le comprime en refermant le poing sur lui, mais, comme l'érection d'un pénis, retrouve son état initial dès l'ouverture du poing. Ce serait la raison du nom « Champignon poigne », mais l'auteur ne sait pas si les femmes dévergondées jouaient avec lui ou non ».

 

IH1 pl 12 no 90 Lepista nuda

 

26. Lepista nuda (Fr.) Cooke 

Murasaki-shiméji 紫占地、ムラサキシメジ « Shiméji violet ». (voir plus haut à Noms de groupes)

  • Bakurô-také ばくろう【博労・馬喰・伯楽】バクロウタケ [Akita] : « Champignon marchand de chevaux ».
  • Fuji-také 藤茸、フジタケ [Hyôgo]. «Champignon glycine ».
  • Konoha-kaburi 木の葉被り、コノハカブリ [Yamagata]. « Chapeau couronné de feuilles ».

Bien que le nom standart de Murasaki-shiméji soit fermement établi pour cette espèce, il est aussi appliqué au Cortinarius purpurascens (voir plus bas).

 

Lyophyllum shimeji 1999_1102 Niigata (3)

Lyophyllum shimeji cultivé

 

Lyophyllum shimeji IH pl 9 no 64

27. Lyophyllum shimeji  (Kawam.) Hongo, Trans. Mycol. Soc. Japan: 90 (1971)[ut Tricholoma aggregatum (Secr.) Kühner ss. auct. plur. Jpn.]

Hon shiméji 本占地、ホンシメジ « Vrai Shiméji ». Imazéki a choisi ce nom en remplacement de shimeji, ce dernier terme étant source de confusion avec le sens collectif de Lyophyllum aggregatum et L. cinerascens. [confusion aggravée par l'arrivée du Buna-shiméji (Hipsizygus tessulatus)  sur le marché des espèces cultivées).

  • Daikoku-shiméji 大黒占地、ダイコク・シメジ [Hyôgo, Niigata]. Daikoku est l'un des fameux sept Dieux du Bonheur, habituellement représenté comme gras et ventripotent, comme le pied ventru du champignon.
  • Kanko カンコ [Nagano]. Terme dont l'origine et la signification sont inconnus. Certains amateurs distinguent L. shimeji de L. cinerescens sous les noms de hyappon kanko et senbon kanko, signifiant « Shiméji à cent pieds » et  «Shiméji à mille pieds ».
  • Konara コナラ [Akita].

Cette espèce appartient à la trinité des meilleurs champignons de la gastronomie japonaise, avec le matsu-také et le shii-také. Si la primauté est concédée au matsutaké pour sa fragrance, L. shimeji est généralement considéré comme ayant le meilleur goût et le plus savoureux.

 

Lyophyllum fumosum

 

IH1 pl 9 Lyophyllum fumosum

28. Lyophyllum cinerascens(Bull.) Konrad & Maublanc  [= Lyophyllum fumosum]

  • Shaka-shiméji 釈迦占地、シャカシメジ « Shimédji Bouddha ». Avant qu'Imazéki ne choisisse ce nom comme standart quand il étudia ce groupe, il était en usage dans le département de Hyôgo, manifestement en raison de la ressemblance des jeunes chapeaux encore fermés et le stipe encore court, avec la tête du Bouddha. Il est souvent déformé en saka-shimeji.
  •  Azuki-motasé 小豆もたせ、アズキモタセ [Iwaté]. « Champignon Adzuki (Haricot-rouge) ». En dépit de ce nom, il n'y a aucun rapport entre ce champignon et la plante du Haricot rouge Adzuki (Phaseolus aureus ou Vigna angularis (Willd.) Ohwi & H.Ohashi, 1969, connu sous les noms de Haricot d'Inde ou Mung), sauf la possible association entre les jeunes carpophores et les haricots rouges en masse, ou avec la pâte sucrée faite avec ces haricots.

    Haricot azuki - Wikipédia
    Le haricot azuki ( japonais, アズキ (), aussi écrit adzuki ou aduki, chinois : 小豆 ; pinyin : ou 赤豆, ou 红豆 / 紅豆, ) ou haricot rouge du Japon (Vigna angularis ), parfois appelé soja rouge, est une espèce de plante annuelle grimpante de la famille des
    Haïtoko-shiméji  灰所占地、ハイトコシメジ [Hyôgo]. « Shiméji des places à feu ». C'est un nom approprié pour une espèce qui croît effectivement souvent sur les sols brûlés. Le fait que les deux noms latins pour cette espèce (cinerascens et fumosum) suggèrent un champignon devenant cendré ou fumé semble n'être qu'une coïncidence. 
    Ibo-kogori イボコゴリ [Nagano], ibo-kukuri イボコゴリ [Aïchi]. « Conglomérat de verrues ». Ces deux noms ainsi que le suivant que l'on trouve dans la littérature ancienne en légendes d'illustrations sont suggérés par l'aspect des jeunes carpophores.
    Ibo-shiméji イボシメジ [Nagano]. « Shiméji verruqueux ».

    Kabu-shiméji 株占地、カブシメジ  [Niigata] « Shimédji Navet ou Shimédji à bulbe »

    Komochi-shiméji  小持ち占地 [Hyôgo]. « Shimédji aux nombreux enfants ».

    Senbon-shiméji  千本占地、センボンシメジ. « Shimédji à mille tiges ». C'est le nom vernaculaire le plus répandu pour ce champignon, ce qui l'aurait bien qualifié à l'adoption comme nom standart, s'il n'avait pas été également usité pour le magnifiquement cespiteux Tricholome aggrégé (Lyophyllum aggregatum).