III. Noms d'espèces standards et vernaculaires (suite)

F. Champignons à lamelles

Agaricus campestris IH1 pl 38

1.  Agaricus campestris L. ex Fr.
     Hara
-také
原茸, ハラタケ. Champignon des champs

  • Maguso-také. 馬糞, マグソタケ, « Champignon du crottin de cheval ».

    Cette espèce n'est pas aussi commune qu'en Europe, le Japon étant un pays de rizières et de forêts, l'élevage du bétail y est limité.


Amanita_hemibapha__Japon_4

2.  Amanita caesarea (Fr.) Schw. ss. Kawam., Amanita hemibapha
    
Tamago-také
卵茸, タマゴタケ,  Champignon oeuf.

  • Béni-také (Iwaté).  紅茸, ベニタケ, « Champignon écarlate ».
  • Nanban-motasé (Iwaté). 南蛮もたせ, ナンバンモタセ, « Champignon des Barbares du Sud, Champignon exotique ».
  • Uguisu-také (Hyôgo). 鶯茸, ウグイスタケ, « Champignon bouscarle-chanteuse ».
  • Rossignol du Japon (Uguisu) Bouscarle chanteuse

    The Japanese bush warbler ( Horornis diphone), known in Japanese as uguisu (ウグイス), is an Asian passerine bird more often heard than seen. Its distinctive breeding call can be heard throughout much of Japan from the start of spring. The bird is drab-coloured and secretive.

        Ce beau et délicieux champignon est dédaigné au Japon où, comme en Europe, on accorde foi à certaines superstitions pour distinguer les espèces comestibles. Les Japonais se méfient généralement des champignons aux couleurs éclatantes, et font confiance à ceux qui se fendent facilement dans leur longueur. Dans le nord du pays, certains mycophages mangent l'amanite oronge locale (A. hemibapha) en dépit de sa vive couleur orangé, appelée nanban-motasé, où nanban signifie textuellement "Barbares du Sud", expression chinoise désignant les Portugais, Hollandais et autres Européens venus au Japon depuis leurs colonies d'Asie du Sud-Est au XVIème et XVIIème siècle. Avec le temps, le mot a pris le sens d'exotique, étrange, inhabituel, bizarre. On ignore si ce nom, en usage dans le département d'Iwaté, est lié au séjour réel ou imaginaire d'Européens dans le passé, ou simplement dû à son aspect exotique.


 

Amanita_muscaria_jpn_108_Ko3.  Amanita muscaria (Fr.) S.F. Gray
     Béni-tengu
-také
紅天狗茸, ベニテングタケ, Tengu-také écarlate. Tengu-také (Champignon lutin à long-nez) est le nom standart de l'Amanite panthère (Amanita pantherina) cf. plus bas.

  • Aka-haétori (Nagano). 赤蝿取り, アカハエトリ, « Attrape-mouches rouge ».
  • Ashitaka-béni-také (Iwaté). 足高紅茸, アシタカベニタケ, « Champignon écarlate à long-pied ».

Il est étonnant qu'un aussi beau champignon soit si peu mentionné dans la littérature mycologique japonaise. Ceci peut être dû à sa rareté relative en plaine, car il ne pousse que sous les conifères et hêtres (Fagus crenata) d'altitude, et n'est vraiment abondant que dans les hêtraies montagnardes. Aux environs d'Ueda, dans le département de Nagano, on le récolte en quantité pour être séché, macéré trois à quatre mois dans la saumure, puis rincé jusqu'à devenir blanc d'albâtre, pour être savouré pendant les longues soirées d'hiver. Ainsi préparé, il est délicieux. Les habitants de la région savent que champignon à l'état frais provoque un état d'ébriété.

Ce champignon et quelques autres espèces sont bien connus pour leur propriétés paralysant les mouches. Ces dernières années, le Professeur T. Takemoto et ses collaborateurs de l'institut de pharmacie de l'université de Tohoku à Sendaï, ont analysé deux espèces du genre Amanita ayant ces propriétés - A. muscaria et A. pantherina - et aussi une espèce endémique du Japon, Tricholoma muscarium Kawamura. Ils ont isolé les agents insecticides, des acides aminés inconnus à ce jour, qu'ils ont nommés respectivement acide iboténique et acide tricholomique. Bien que stupéfiant les mouches, ils sont innofensifs pour l'homme.


 

Amanita_ibotengutake_mont

Tengu

Tengu are a type of legendary creature found in Japanese folk religion and are also considered a type of Shinto god ( kami) or yōkai (supernatural beings). Although they take their name from a dog-like Chinese demon ( Tiangou), the tengu were originally thought to take the forms of birds of prey, and they are traditionally depicted with both human and avian characteristics.

 4.  Amanita pantherina (Fr.) Secr.
     Tengu
-také
天狗茸, テングタケ, Champignon Tengu (lutin à long-nez).

  • Haétori (Nagano). 蝿取り, ハエトリ, « Attrape-mouches ».
  • Haétori-goké (Nagano), Haétori-kinoko (Iwaté), Haétori-také (Iwaté), 蝿取り木毛, 蝿取り木の子, ハエトリゴケ, ハエトリキノコ, ハエトリタケ, « Champignon attrape-mouches ».

Bien que le nom de Tengu-také figure dans beaucoup d'ouvrages classiques, ce champignon est plus connu dans nombre de régions, sous celui de Haétori-také ou une de ses variantes. La substance sidérant les mouches est le même acide iboténique contenu dans A. muscaria.


 

Amanita vaginata et var alba fulva 203 204 205 IH 1987 28

5.  Amanita vaginata (Fr.) Quél.
     Tsuru
-také
鶴茸, ツルタケ, Champignon Grue.

Grue du Japon

La grue du Japon (Grus japonensis ), grue de Mandchourie ou encore grue à couronne rouge est un grand échassier de la famille des gruidae. C'est un des plus grands oiseaux du monde. Elle est appelée grue au sommet vermillon en Chine (丹顶鹤 / 丹頂鶴, ) en raison de sa tache rouge vermillon sur la tête.


Ce nom a d'abord été en usage dans les départements d' Iwaté et de Niigata, avant d'être promu nom national.


 

Amanita verna Izawa6.  Amanita verna (Fr.) Quél.
     Shiro-tamago-tengou
-také
[tengu-take] 白卵天狗茸, シロタマゴテングタケ, Amanite oeuf-blanc.

  • Ichikoro (Niigata). 一殺, イチコロ,  « Tué sur-le-coup, (mort subite) ».

Le nom standart est dû à un mycologue moderne. Entre cinq et dix personnes meurent chaque année au Japon d'une intoxication fongique, et dans la plupart des cas, le champignon responsable est A. verna ou A. virosa. Ce « chapeau blanc de la mort » est bien plus fréquent au Japon que le véritable « death cap » (A. phalloides), pour reprendre son nom anglais.


 

IH1 pl 17 no115 mont x2 7 41Armillaria mellea

IOH p 94 Armilllaria mellea Mizuno

IOH p 95 Armilllaria mellea Izawa

7.  Armillariella mellea (Fr.) Karst., Armillaria mellea (Fr.) Quél.
     Nara
-také
楢茸, ナラタケ,  Champignon du chêne 'Nara'(Quercus glandulifera).

  • Amadaré (Niigata). 霤, アマダレ, « Goutte de pluie ».
  • Amadaré-goké (Niigata). 霤木毛, アマダレゴケ, « Champignon goutte de pluie ».
  • Ashinaga (Kanagawa). 足長, アシナガ, « Pied long ».
  • Habaki-také (Aomori). 鎺茸, ハバキタケ, « Champignon habaki ». Le habaki est la pièce métallique située à la base de la lame du sabre japonais (katana) servant à « verrouiller » le sabre dans le fourreau (saya), et éviter qu'il ne tombe. L'anneau sur le pied de ce champignon a sans doute inspiré ce nom.
  • Nara-motoshi. 楢もとし,ナラモトシ, « Champignon du chêne Nara ». C'est le nom donné dans le Kôzen Kinpu (1834).
  • Sawa-modashi (Akita, Aomori). 沢もだし,サワモダシ, « Champignon des marécages ».
  • Yaji-kinoko (Akita). やじ木の子,ヤジキノコ, « Champignon des marais ».

    C'est l'un des champignons des bois les plus familiers, venant partout en abondance, et consommé dans tout l'archipel, comme l'atteste ses nombreux noms vernaculaires, avec, en plus de ceux listés plus haut et dans le nord du pays: borimeki, kakkui-kinoko, kakkui-modasé (Iwaté), kasu-botashi, orémiki, orimiki (Yamagata), kuné-motashi, (Akita).


 

IHx1 pl 16 n 94_Catathelasma imperiale

 

IH1 pl 19 no 130 Catathelasma ventricosum

 

IOH p 104 C imperiale

 

IOH p 105 C imperiale

 8. Catathelasma imperiale (Fr.) Sing., Armillaria i. Fr. et Catathelasma ventricosum (Peck) Sing.
     Ô-momi
-také,
大樅茸, オオモミタケ, Grand champignon du sapin. Et momi-také, 樅茸, モミタケ, Champignon du sapin. Ce dernier nom était en usage local dans le département de Hyôgo, avant son adoption comme nom japonais standard.

  • Nishiyama-samatsu (Niigata). 西山早松(茸), ニシヤマサマツ, « Matsutaké précoce des Monts de l'Ouest ».
  • Oba-matsutaké [oba-matsutake] (Hyôgo). 叔母松茸, オバマツタケ, « Matsutaké (de) Tantine », signifiant proche parent, ou faux matsou-také .
  • Sa-matsu (Niigata). さまつ, サマツ, « Matsutaké précoce ».
  • Sendaï samatsu (Miyagui). 仙台さまつ、センダイサマツ, « Matsutaké précoce de Sendaï ».

 

Clitocybe_acromelalga_99_11_02_1_opt2

ヤケドキンと西洋ドクササコ Champignons tortionnaires franco-japonais : Clitocybe acromelaga et amoenolens - Ki-no-ko Fungi

Annales de Toxicologie Analytique , vol. XIII, n° 2, 2001, Erythermalgie et ingestion de champignons (Clitocybe amoenolens) P. Saviuc, M. De Matteis, J. Bessard, P. Mezin, P-A. Moreau, Y. Chane-Yene, M. Mallaret, D. Guez , V.

http://enfantdesarbres.canalblog.com

9.  Clitocybe acromelalga Itchimura
     Doku-sasa-ko
毒笹子, ドクササコ, (Champignon) vénéneux des Sasa (bambous nains).

  • Sasa-také (Yamagata). 蝿取り, ハエトリ, « Attrape-mouches ».
  • Yabu-shiméji (Wakayama),,藪しめじ、ヤブシメジ, « Shiméji des fourrés (de bambous) ».
  • Yakédo-ta (Ishikawa),火傷茸、火傷菌、ヤケドタケ、ヤケドキン, «  Champignon aux brûlures ».

Yabu-také et Yabu-shiméji, utilisés par les paysans, semblent être des noms plus anciens que les autres. Ce champignon cause une intoxication unique en son genre. Plusieurs jours après ingestion, le sujet est la proie de violentes douleurs des extrémités des doigts et orteils, comme s'il était torturé avec une lame chauffée à blanc. Les douleurs se dissipent naturellement au bout d'un mois environ .

 


 

IH1 pl 11 no 81 Clitocybe clavipes

 

IOH p 64 Clitocybe clavipes a

IOH p 64 Clitocybe clavipes txt10. Clitocybe clavipes (Fr.) Quél.
     Hotei-shiméji
  布袋湿地, ホテイシメジ, Tricholome Hotei (Bouddha ventripotent).

 

Ce shiméji (voir plus haut pour ce nom pluri-générique) se réfère à Hotei, l'un des Sept Dieux du Bonheur (shichi-fukujin 七福神), décrit comme souriant, très solide, avec un front couvert de rides et un ventre bedonnant et flasque.

  • Yoïttaoshi ou Yoïttsuburé (Yamagata). 酔い倒し, 酔い潰れ、ヨイッタオシ、ヨイッツブレ, « Ivre-mort ».
  • Jôgo-také (Yamagata). 漏斗茸、ジョウゴタケ, « Champignon en entonnoir ».

 Plus que passable, il est assez bon comestible, mais cause une intoxication de type antabuse s' il est accompagné de boissons alcoolisées.


 

Cortinarius elatior mont IH1 423

IOH p 261 Cortinarius elatior

11.  Cortinarius elatior Fr.
     Abura-shiméji
油しめじ, アブラシメジ, Shiméji gras (graisseux, oint).

  • Amenbô (Nagano). 飴ん坊、アメンボウ, « Minot sucre d'orge ».
  • Naméra-kinoko (Iwaté), Zubo-také (Hyôgo), Zurakura (Niigata), Zuruma (Tottori), 滑ら木の子、ナメラキノコ, ズボタケ、ズラクラ、ズルマ « Champignon gluant ».
  • Numé-také, Numéri-shiméji, Nurenbô (Iwaté), Nurari (Iwaté), Nurinbô ([nurinbô] (Akita), ヌメタケ、ヌメリシメジ、ヌレンボウ、ヌラリ、ヌリンボウ, « P'tit gluant ».
  • Wasé-shiméji (Niigata), 早生しめじ、ワセシメジ, « Shiméji précoce ».

Largement distribué et consommé, cette espèce est riche en noms locaux, la plupart se référant, comme vous l'aurez constaté, à sa remarquable viscosité. Abura-shiméji est un nom choisi parmi ceux usés dans la littérature mycologique, pour servir de nom standart. Plusieurs autres cortinaires visqueux, comme C. collinitus et C. mucifluus, ne sont généralement pas distingués et sont donc désignés par le même nom vernaculaire.


12.  Cortinarius purpurascens Fr.
     Fûssen-také
[fûsen-take] 風船茸, フウセンタケ, Champignon ballon.

  • Murasaki-shiméji  (Akita, Yamagata, etc.), 紫シメジ、ムラアサキシメジ、« Shimédji violet».
  • Nézumi-shiméji  (Akita), 鼠シメジ、ネズミシメジ、« Shimédji souris ».
  • Shiba-kaburi (Yamagata), 柴被り、シバカブリ, « Coiffé de broussaille, couvert de feuilles mortes ».

Cette espèce, ainsi que d'autres cortinaires de teintes violacées, est confondue avec le véritable Murasaki-shiméji, (notre Pied bleu), Lepista nuda.


 

F velutipes 192 IH1 pl 26 1987

 13. Flammulina velutipes (Fr.) P. Karst. [Collybia velutipes (Fr.) Quél.]
     Énoki-také
榎茸, エノキタケ, Champignon du micocoulier (Celtis sinensis)

  • Ashiguro-naméko (Yamagata). 足黒なめこ、アシグロナメコ, « Naméko (Pholiote gluante) à pied noir ».
  • Kago-také (Kumamoto), Kôdzo-také (Nagano). カゴタケ、コウゾタケ、« Champignon du Mûrier à papier ». Kago est une variante dialectale de kôdzo (コウゾ, 楮、Broussonetia kazinoki × B. papyrifera).
  • Kaki-naméko (Yamagata). 柿なめこ、カキナメコ, « Naméko du Kaki ».
  • Kakinoki-naba (Kyûshû), Kaki-také (Yamagata). 柿滑生、カキナバ カキタケ、 « Champignon du Plaqueminier (Kaki) ».
  • Naméko (Akita, Iwaté), Namérako (Akita), Namérakko (Akita)Namé-také (Hyôgo). ナメコ、ナメラコ、ナメラッコ、ナメタケ, « P'tit gluant ».
    Flammulina velutipes (E Charles)
  • Yuki-motassé [Yuki-motase] (Iwaté), 雪もたせ、ユキモタセ, « Champignon des neiges ».
  • Yuki no shita (Akita, Iwaté), 雪の下、ユキノシタ, « Champignon sous la neige ».

Énoki-také est un nom ancien que l'on trouve dans la littérature classique, comme le Honchō shokkan [本朝食鑑] de Hitsudai Hirano [Hitomi Hitsudai, 人見必大, Encyclopédie des aliments de notre pays], publié en 1697, et le Livre des champignons, Igansai kinpin, de Joan Matsuoka [怡顏齋菌品, 松岡恕庵, 1668-1746], publié en 1761.

Les nombreux noms locaux donnés à ce délicieux champignon, consommé dans tout l'archipel, se réduisent en trois groupes: ceux basés sur la saison froide durant laquelle il croît, ceux suggérés par son chapeau visqueux, et ceux incluant les noms des arbres feuillus sur lesquels il pousse.

Quant au nom de Naméko, qui signifie textuellement « P'tit visqueux », il a désigné d'abord Pholiota nameko au Nord du Japon. Comme Flammulina velutipes est également visqueux, il n'est pas surprenant qu'il soit appelé de même, notamment par des gens qui ne connaissent pas la véritable pholiote nameko, ou qui sont incapables de les distinguer. P. nameko ne poussant que sur les hêtres, elle n'est connue que dans les régions montagneuses du Nord, tandis que F. velutipes est largement distribué dans les plaines. La confusion nomenclaturale fut finalement tranchée par les docteurs S. Itô et S. Imaï en 1933.


 

IH1 pl 69 498 Gomphidius roseus14. Gomphidius roseus (Fr.) P. Karst.
     Ôgi-také
扇茸, オウギタケ, Champignon éventail.

  • Kaya-motashi (Iwaté). 萱もたし、カヤモタシ, « Champignon Miscanthus». Miscanthus sinensis est une grande graminée à fleurs en plumeau, parfois surnommée Pampas ou Eulalia du Japon.
  • Matsu-choppori  (Akita), « Pin solitaire ». Dans le département de Miyagi, au sud d'Akita, choppori signifie en patois « solitaire, esseulé, isolé ». D'où on comprend que le gomphide ainsi nommé vient dans les pinèdes, en individus isolés, et non pas grégaire.
  • Matsu-choppori  (Akita), 松ちょっぽり、マツチョッポリ、« Champignon du Pin isolé ». En patois de Miyagui et du sud d'Akita, Choppori signifie « solitaire », « tout seul », ce qui permet de décoder le nom de cette espèce qui pousse dans les pinèdes, en solitaire, et non en touffes ni en groupe.
  • Tsubo také (Niigata), つぼ茸、ツボタケ、« Champignon du village / hameau ». Tsubo signifie "jardin" en patois de Niigata, donc "champignon des jardins". Mais le nom s'applique aussi à la patate de Taro, tsubo-imo, où tsubo prend le sens de bulbe ou tubercule. Partout ailleurs, la pomme de taro se dit "sato-imo", où sato signifie "village" ou "hameau".


IH1 pl 63 448 Gymnopilus spectabilis

15. Gymnopilus spectabilis (Fr.) A. H. Smith  [Gymnopile remarquable]

    Oo-waraï-také [Oowaraitake] 大笑茸, オオワライタケ, Grand champignon hilarant, Grand  Waraïtaké.

 

  • Doko (Yamagata). どこ、ドコ, abbréviation d'Odoko, variante patoisante d'Otoko, « Homme, mâle ». 

 

  • Odori-také (Yamagata), 踊り茸、オドリタケ、« Champignon qui danse / qui fait danser ».

  • Otoko-maï-také (Yamagata), 男舞茸、オトコマイタケ、« Maïtaké mâle ».
    Il s'agit d'une espèce hallucinogène, commune à Yamagata. Le nom vernaculaire Odori-také, tout comme le nom national, renseigne sur ce qui se produit quand on le consomme. Quant à Otoko-maï-také, ainsi que son abbréviation Doko, bien qu'on puisse les traduire par " Champignon danseur mâle ", ils signifient plus simplement "Grifola frondosa mâle", ou "Coq de bois" pour sa ressemblance avec la Poule de bois, qui vient aussi en grosse touffe à partir d'une base commune.

 


 

 

 

IH1 pl 21 Panellus serotinus 14816. Panellus serotinus Fr.  [Pleurote tardif]

 

    Muki-také 剥き茸, ムキタケ, Champignon pelé / décortiqué.

 

  • Kawa-hiki (Nagano), Kawa-muké (Hyôgo), Kawa-muki (Niigata). 皮剥き、カワヒキ、カワムケ、カワムキ. « Pelé».

Ce champignon qui pousse sur les hêtres (Fagus) est commun dans les hêtraies. Le nom est dû à la cuticule du chapeau fort tenace,tenace,tenace, qui doit être pelée avant la cuisson.

 


 

Hygrophorus hypothejus IH1 pl 4 no 24

 

Hygrophorus hypothejus_1987_1122abopt

 

17. Hygrophorus hypothejus Fr.  [Hygrophore jaunissant]

 

    Shimofuri-numéri-gasa 霜降り滑り傘, シモフリヌメリガサ, Chapeau gluant des gelées.

 

  • Fuyu-motashi (Yamagata), 冬もたし、フユモタシ. « Champignon de l'hiver ».
  • Kan-také (Fukushima, Yamagata), 寒竹、カンタケ. « Champignon de la mi-janvier / des frimas ».
  • Yuki-no-shita (Yamagata), 雪の下、ユキノシタ. « Perce neige ».

 Nous avons récolté ce champignon en grande quantité, dans une pinède, près du lac Inawashiro, dans le département de Fukushima, par un temps de grésil (neige fondue), à la fin novembre.

 


 Hygrophorus russula IH1 pl 3 no 18

 

18. Hygrophorus russula (Fr.) Quél.  [Hygrophore russule]

 

    Sakura-shiméji 桜占地, サクラシメジシ, Shimeji fleur de cerisier

 

  • Aka-kinoko (Akita, Yamagata), 赤きのこ、アカキノコ. « Champignon rouge ».
  • Akanbo (Niigata), 赤ん坊、アカンボ. « P'tit rougeaud / bébé ».
  • Aka-nuno-biki (Hyôgo) 赤布引, アカヌノビキ, « Nunobiki rouge ». Nunobiki désigne l'étendage du linge blanc sur l'herbe ou les buissons pour le teindre ou le blanchir. Le mot est souvent utilisé métaphoriquement pour décrire le rideau d'une chute d'eau, ou l'aspect de champignons, en général blancs, poussant en ligne et en grande quantité. En plus du Pied de mouton, le terme Nunobiki est également appliqué dans diverses contrées à Tricholoma album ou parfois à Hygrophorus russula.
  • Dohyô-motashi (Yamagata), 土俵もたし、ドヒョウモタシ. « Champignon en cercle ». Dohyô est le cercle dans lequel combattent les lutteurs de Sumo, ici appliqué aux champignons formant des « ronds de fées / de sorcières ».
  • Konoha-shiméji (Iwaté), 木の葉占地、コノハシメジ. « Shiméji des feuilles mortes ».
  • Sakura-modashi (Akita), 桜もだし、サクラモダシ. « Champignon fleur de cerisier ».

    Ce champignon est estimé tant pour sa saveur agréable que pour son élégance.

 


 

Lactarius hatsudake akahatsu IH2 pl 91

19. Lactarius akahatsu Tanaka.  [Lactaire rouge]

     Aka-hatsu. Hatsu-daké rouge (voir l'espèce suivante)

  • Dohyô-hatsu-daké (Iwaté), 土俵初茸、ドヒョウハツダケ. « Lactaire du milieu de l'été ».
  • Natsu-hatsu-daké (Iwaté) 夏初茸, ナツハツダケ. « Lactaire d'été ».

    Lactarius akahatsu est une espèce voisine du Lactarius deliciosus d'Europe.

 

 20. Lactarius hatsu-daké Tanaka.  [Champignon précoce]          

C' était le nom vernaculaire dans les départements de Nagano, Niigata  et Tottori, entre autres, avant son élection comme nom standard.

  • Aï-také (Tottori), 藍茸、アイタケ. « Champignon indigo ».
  • Aïzuri (Shiga) 藍ズリ、アイズリ. « Taché d'indigo (?) ».
  • Ao-hachi (Aïchi), 青ハチ、アオハチ. « Hatsu-daké bleu ».
  • Jôgo-také (Hyôgo) 漏斗茸, ジョウゴダケ. « Champignon en entonnoir ».
  • Matsu-kinoko (Chiba), 松きのこ、マツキノコ. « Champignon du pin ».
  • Matsu-mimi (Ishikawa) 松耳、マツミミ. « Oreille du pin ».
  • Rokushô (Chiba), 緑青、ロクショウ. « Rouille verte ».
  • Rokushô hatsu-daké (Yamagata), 緑青初茸、ロクショウハツダケ. « Lactaire rouille verte »

    Lactarius hatsudaké est une espèce voisine du Lactarius sangifluus d'Europe, apparaissant au début septembre, il ouvre le bal de la saison de la cueillette des champignons et des piques-niques très attendus par de nombreux Japonais.

 


 

IH2 pl 88 Lactarius volemus hygrophoroides

21. Lactarius volemus (Fr.) Fr. 
 Chichi-také 乳茸 チチタケ[Champignon à lait, Vachette]
          

C' était le nom vernaculaire dans les départements de Fukushima, Nagano et Niigata, avant d'être élu nom national.

  • Chi-také (Fukushima, Tottori), チタケ.  Simple altération (diminutif)  du nom standart.
  • Urushi-motasé, Urushi-také (Yamagata) 漆持たせ、ウルシモタセ. Urushi désigne la laque du Japon, et Urushi-no-ki l'arbre à laque, une variété de sumac ou Ailanthe, le Vernis du Japon.

    Ce champignon est commun dans les taillis et il est largement consommé. Il existe même une herbe, Astilbe microphylla, nommée vulgairement chi-také-tashi  ("perce chi-také"), parce que les ramasseurs avaient coutume de ramener leur récolte en enfilant ces champignons sur la tige de cette herbe.

 


 

 

Pleurote "clair de lune" (Lampteromyces japonicus) ツキヨタケ
La nuit venue, la forêt par endroits s'illumine, comme ici par ces grands pleurotes bio-luminescents (toxiques). On peut sans peine y lire les titres d'un journal, après quelques minutes d'adaptation à l'obscurité. Basidiomycota / Homobasidiomycetes / Tricholomatales / Marasmiaceae Synonymes : Pleurotus japonicus Kawam. 1915 ; Armillaria japonica (A. Kawam.)

http://enfantdesarbres.canalblog.com

 

22. Lampteromyces japonicus (Kawamura) Singer, Pleurotus japonicus Kawamura 

  • Tsukiyô-také 月夜茸、ツキヨウタケ[Champignon du clair de lune]

    Ce nom était d'abord en usage à Akita, Aomori, Fukushima, Miyagi, Niigata, etc. avant d'être étendu au niveau national.
  • Buna-naba (Kyûshû), 椈粘、ブナナバ« Champignon du hêtre ».

  • Kuma-bira (Centre et Ouest de Honshû) 熊平、クマビラ. « Pleurote ours », en raison de sa grande taille et de sa traîtrise. Bira étant une altération phonétique de Hira qui est l'abbréviation de Hira-také (cf. plus haut à Pleurotus ostreatus). Ce nom figure dans le Livre des champignons de la région de Shinyô, 1799, de Ichioka (Shinyô kinpu),  où il est décrit comme luminescent la nuit venue et très vénéneux, avec la mise en garde « Ne pas consommer ! ». Il est en effet fréquent de rencontrer les deux espèces, Hira-také et Kuma-bira poussant côte à côte sur le même tronc de hêtre. Le premier est blanchâtre et de saveur agréable, tandis que le second est brunâtre, comme le Shii-také.


    Lentinula edodes IH1 pl 2 Pleurotaceae

 23. Lentinula edodes (Berk.) Pegler, Lentinus edodes Berk. 

  • Shii-také 椎茸、シイタケ « Champignon du Shii ». Shii est un arbre de la famille du chêne, Castanopsis cuspidata, parmi les plus communs des forêts du Japon occidental, hôte par excellence de ce champignon, qui pousse sur toutes sortes de feuillus morts, mais en particulier sur les Fagacées.

    Le shii-také est l'un des trois champignons les plus cultivés au monde, avec la variété blanche du célèbre champignon de Paris [ツクリタケ], Agaricus bisporus d'Europe et d'Amérique, et du paddy-straw mushroom, Volvariella volvacea, de Chine et d'Asie tropicale [フクロタケ], cǎogū (草菇, lit. « champignon de paille » en chinois et nấm rơm en vietnamien. Sa culture constitue 16% de la production mondiale de champignons. Le nom chinois du shi-také est 香菇 « champignon parfumé ».

 


 

 

 24. Lentinus lepideus (Fr.) Fr. 

Matsu-ôji 松爺(?)、マツオオジ « Grand-père du Pin ».

  • Matsu-kinoko 松木の子、マツキノコ [Iwaté] : « Champignon du Pin ». Dans le département de Chiba ce nom est appliqué au Lactarius hatsu-daké.
  • Matsuô 爺(?) マツオオ [Nagano]. C'est une abréviation de Matsu-ôji.
  • Sa-Matsu 早松、 サマツ [Fukushima, Niigata]. « Matsu-ôji précoce ». Dans certaines contrées, ce même nom s'applique au Cathatelasma imperiale.
  • Shôtan 松耳爺(?)きのこ ショウタン [Iwaté]. « Champignon du Pin ».

 

 25. Macrolepiota procera (Scop. : Fr.) Singer 

Karakasa-také 唐笠茸、カラカサタケ « Champignon parasol ».

  • Nigiri-také 握り茸、ニギリタケ [Nagano] : « Champignon poigne ».
  • Tsuru-také 鶴茸、 ツルタケ [Fukushima, Iwaté]. «Champignon grue ». C'est aussi le nom standart pour Amanita vaginata. Les deux espèces possèdent des stipes longs comme les pattes des grues.
  • Shôtan 松耳 ショウタン [Iwaté]. « Champignon du Pin ».

Le jeune chapeau globuleux, non encore étalé, étant mou et flexible, il reprend facilement sa forme s'il a été comprimé, puis relâché. Le Shinyô kinpu signale en note : « Ce champignon pousse sur sol humide. Le jeune carpophore ressemble au sexe mâle. Il se contracte quand on le comprime en refermant le poing sur lui, mais, comme l'érection d'un pénis, retrouve son état initial dès l'ouverture du poing. Ce serait la raison du nom « Champignon poigne », mais l'auteur ne sait pas si les femmes dévergondées jouaient avec lui ou non ».

 

IH1 pl 12 no 90 Lepista nuda

 26. Lepista nuda (Fr.) Cooke 

Murasaki-shimédji 紫占地、ムラサキシメジ « Shimédji violet ». (voir plus haut à Noms de groupes)

  • Bakurô-také ばくろう【博労・馬喰・伯楽】バクロウタケ [Akita] : « Champignon marchand de chevaux ».
  • Fuji-také 藤茸、フジタケ [Hyôgo]. «Champignon glycine ».
  • Konoha-kaburi 木の葉被り、コノハカブリ [Yamagata]. « Chapeau couronné de feuilles ».

Bien que le nom standart de Murasaki-shimédji soit fermement établi pour cette espèce, il est aussi appliqué au Cortinarius purpurascens (voir plus bas).