III. Noms d'espèces standards et vernaculaires (suite)

F. Champignons à lamelles. (8) Amanites


Amanita_hemibapha__Japon_4

2.  Amanita caesarea (Fr.) Schw. ss. Kawam., Amanita hemibapha
    
Tamago-také
卵茸, タマゴタケ,  Champignon oeuf.

  • Béni-také (Iwaté).  紅茸, ベニタケ, « Champignon écarlate ».
  • Nanban-motasé (Iwaté). 南蛮もたせ, ナンバンモタセ, « Champignon des Barbares du Sud, Champignon exotique ».
  • Uguisu-také (Hyôgo). 鶯茸, ウグイスタケ, « Champignon bouscarle-chanteuse ».

 

  • The Japanese bush warbler ( Horornis diphone), known in Japanese as uguisu (ウグイス), is an Asian passerine bird more often heard than seen. Its distinctive breeding call can be heard throughout much of Japan from the start of spring. The bird is drab-coloured and secretive.

        Ce beau et délicieux champignon est dédaigné au Japon où, comme en Europe, on accorde foi à certaines superstitions pour distinguer les espèces comestibles. Les Japonais se méfient généralement des champignons aux couleurs éclatantes, et font confiance à ceux qui se fendent facilement dans leur longueur. Dans le nord du pays, certains mycophages mangent l'amanite oronge locale (A. hemibapha) en dépit de sa vive couleur orangé, appelée nanban-motassé, où nanban signifie textuellement "Barbares du Sud", expression chinoise désignant les Portugais, Hollandais et autres Européens venus au Japon depuis leurs colonies d'Asie du Sud-Est au XVIème et XVIIème siècle. Avec le temps, le mot a pris le sens d'exotique, étrange, inhabituel, bizarre. On ignore si ce nom, en usage dans le département d'Iwaté, est lié au séjour réel ou imaginaire d'Européens dans le passé, ou simplement dû à son aspect exotique.


 

Amanita_muscaria_jpn_108_Ko3.  Amanita muscaria (Fr.) S.F. Gray
     Béni-tengu
-také
紅天狗茸, ベニテングタケ, Tengu-také écarlate. Tengu-také (Champignon lutin à long-nez) est le nom standart de l'Amanite panthère (Amanita pantherina) cf. plus bas.

  • Aka-haétori (Nagano). 赤蝿取り, アカハエトリ, « Attrape-mouches rouge ».
  • Ashitaka-béni-také (Iwaté). 足高紅茸, アシタカベニタケ, « Champignon écarlate à long-pied ».

Il est étonnant qu'un aussi beau champignon soit si peu mentionné dans la littérature mycologique japonaise. Ceci peut être dû à sa rareté relative en plaine, car il ne pousse que sous les conifères et hêtres (Fagus crenata) d'altitude, et n'est vraiment abondant que dans les hêtraies montagnardes. Aux environs d'Ueda, dans le département de Nagano, on le récolte en quantité pour être séché, macéré trois à quatre mois dans la saumure, puis rincé jusqu'à devenir blanc d'albâtre, pour être savouré pendant les longues soirées d'hiver. Ainsi préparé, il est délicieux. Les habitants de la région savent que le champignon à l'état frais provoque un état d'ébriété.

Ce champignon et quelques autres espèces sont bien connus pour leur propriétés paralysant les mouches. Ces dernières années, le Professeur T. Takemoto et ses collaborateurs de l'institut de pharmacie de l'université de Tohoku à Sendaï, ont analysé deux espèces du genre Amanita ayant ces propriétés - A. muscaria et A. pantherina - et aussi une espèce endémique du Japon, Tricholoma muscarium Kawamura. Ils ont isolé les agents insecticides, des acides aminés inconnus à ce jour, qu'ils ont nommés respectivement acide iboténique et acide tricholomique. Bien que stupéfiant les mouches, ils sont inoffensifs pour l'homme.


 

 

Amanita_ibotengutake_montage

Tengu

Tengu are a type of legendary creature found in Japanese folk religion and are also considered a type of Shinto god ( kami) or yōkai (supernatural beings). Although they take their name from a dog-like Chinese demon ( Tiangou), the tengu were originally thought to take the forms of birds of prey, and they are traditionally depicted with both human and avian characteristics.

 

4.  Amanita pantherina (Fr.) Secr.
     Tengu
-také
天狗茸, テングタケ, Champignon Tengou (lutin à long-nez).

  • Haétori (Nagano). 蝿取り, ハエトリ, « Attrape-mouches ».
  • Haétori-goké (Nagano), Haétori-kinoko (Iwaté), Haétori-také (Iwaté), 蝿取り木毛, 蝿取り木の子, ハエトリゴケ, ハエトリキノコ, ハエトリタケ, « Champignon attrape-mouches ».

Bien que le nom de Tengou-také figure dans beaucoup d'ouvrages classiques, ce champignon est plus connu dans nombre de régions, sous celui de Haétori-také ou une de ses variantes. La substance sidérant les mouches est le même acide iboténique contenu dans A. muscaria.

 


 

Amanita vaginata et var alba fulva 203 204 205 IH 1987 28

5.  Amanita vaginata (Fr.) Quél.
     Tsuru
-také
  鶴茸, ツルタケ, Champignon Grue.

Grue du Japon

La grue du Japon (Grus japonensis ), grue de Mandchourie ou encore grue à couronne rouge est un grand échassier de la famille des gruidae. C'est un des plus grands oiseaux du monde. Elle est appelée grue au sommet vermillon en Chine (丹顶鹤 / 丹頂鶴, ) en raison de sa tache rouge vermillon sur la tête.

Ce nom a d'abord été en usage dans les départements d' Iwaté et de Niigata, avant d'être promu nom national.


 

Amanita verna Izawa

 

6.  Amanita verna (Fr.) Quél.
     Shiro-tamago-tengu
-také
白卵天狗茸, シロタマゴテングタケ, Amanite oeuf-blanc.

  • Ichikoro (Niigata). 一殺, イチコロ,  « Tué sur-le-coup, (mort subite) ».

Le nom standart est dû à un mycologue moderne. Entre cinq et dix personnes meurent chaque année au Japon d'une intoxication fongique, et dans la plupart des cas, le champignon responsable est A. verna ou A. virosa. Ce « chapeau blanc de la mort » est bien plus fréquent au Japon que le véritable « death cap » (A. phalloides), pour reprendre son nom anglais.