Tremella__mesenterica_Izawa

コガネニカワタケ Tremella mesenterica by Masana Izawa Photograph is Copyright 週刊朝日百科 「植物の世界」別冊1997年

III. Noms d'espèces officiels et vernaculaires

A. Champignons gélatineux

cover

IH2 pl 138_1989 Heterobas 923 auricula
  Kikuragé
木耳, キクラゲ Méduse des arbres
  Auricularia auricula (L : Hook.) Underwood 1895, 1902

  • Kango no kusabira  (Wakayama); Kôzo-naba  (Kyûshû). カンゴノクサビラコウゾナバ« Champignon du Mûrier à papier (Broussonetia papyrifera) », dont l'écorce sert à la fabrication du papier. Le nom officiel de ce mûrier est kôdzo (コウゾ, 楮、Broussonetia kazinoki × B. papyrifera), tandis que kango en est une variante dialectale.

  • Mimi-chaba  (Kagoshima); Mimi-kinoko (Iwaté, Yamagata); Mimi-naba (Kyoûshoû); Mimira-goké (Gifu); Mimi-také (Aïchi, Okayama); « Champignon oreille ». ミミチャバ、ミミキノコ、ミミナバ、ミミラゴケ、ミミタケ.

  • Mokuragé  (Aomori); モクラゲMéduse des arbres. Ce nom est la contraction de Moku-kuragé (木水母) mokou est la lecture chinoise ancienne pour l'arbre, opposé à la lecture purement japonaise ki. Mokuragé et Kikuragé sont donc synonymes.
  • Néko no mimi 猫の耳 (Mié, Nagasaki); Oreille de chat.

    D' après le Daïgenkaï, le nom de ce champignon s'écrivait en Chine avec les caractères signifiant « oreilles d'arbre (木耳、茸) », ce qui aurait dû être traduit en japonais « ki no mimi ». Mimi fait partie des mots désignant les champignons en général, listés quelques pages plus haut. Bien avant l'adoption des caractères chinois, le nom de kikuragé semble avoir été si fermement établi qu'il s'est imposé comme la lecture japonaise du kanji (訓読), bien qu'il n' y ait évidement aucun lien sémantique entre « oreille » et « méduse ».

N.B.
Le premier auteur à avoir utilisé dans un nom valide l'épithète auricula-judae pour désigner ce taxon est Bulliard (Herb. Fr., 1789, pl. 427, fig. II).  Ce nom est illégitime, car Bulliard n'a fait que remplacer le nom publié par Linné (Tremella auricula) par un autre (Tremella auricula-judae). La sanction de Fries sur le binome de Bulliard n'est pas validante car elle tombe fatalement sous le coup de l'illegitimité. Le seul nom correct est donc A. auricula (L. : Hook) Underwood en 1895.