Russula subnigricans Hongo 1955
 
Fausse russule noircissante (ニセクロハツ)
 

Russula_subnigricans_1999_0923mont

Russula subnigricans64 (2)

 
 

Russula_subnigricans_1999_0002

Russula_subnigricans_spores_MEBmont

 
  • Basidiomycota / Homobasidiomycetes / Russulales / Russulaceae
  • Chair épaisse, dense et dure, blanche, rougissant à la coupe, mais sans noircir comme R. nigricans, à laquelle elle ressemble, (elle grisonne parfois légèrement après plusieurs heures)n pratiquement insipide et inodore.
  • Saveur Douce
  • Odeur Faible/Nulle
  • Ecologie :Rare mais en troupe en forêts de feuillus, surtout de chênes verts et Castanopsis.
  • Comestibilité: Mortel
  • Références bibliographiques IH1 581 ; Eyssartier et Roux p. 42 ; h
  • Commentaires

Si les Européens n'ont pas couru grand danger jusqu'ici avec les russules, c'est aussi peut-être parce qu'elles sont dédaignées par les ramasseurs, surtout le sous-genre Compacta qui est le plus suspect sur le plan toxicologique.
Hélas, non seulement les russules mortelles existent bien, mais elles ont la chair douce! En 1954, le mycologue japonais Tsuguo Hongo, chargé d'enquête à la suite du décès d'une personne à Kyoto, retrouve des russules blanches dans les restes du repas. En 1958, deux nouveaux décès, dans des localités différentes près d'Osaka, permettent de préciser le lieu de récolte, et une russule ressemblant à Russula nigricans, est incriminée. La forme et la couleur sont très semblables, mais cette nouvelle espèce rougit sans jamais noircir à la coupe. Hongo la nommera Russula subnigricans, mais le russulologue Toshiho Ueda distingue aujourd'hui trois ou quatre "variétés" inédites dans le "complexe subnigricans".

Pour la première fois au monde une russule figure sur la liste des espèces mortelles. Toutefois, la rareté de ces espèces aidant, aucune intoxication n'a été signalée ensuite dans l'archipel jusqu'en 1993. On songe alors à d'éventuels pesticides, mais en 1992 les chimistes Takahashi et coll. isolent six éthers chloro-phényl (Russupheline A-F) dans le champignon et mettent en évidence leur toxicité sur la cellule. Puis à Taïwan en 1998, neuf personnes souffrent de nausées, vomissements et diarrhées avec agitation deux heures après avoir partagé une soupe aux russules. Deux d'entre elles présentent, en plus, une rhabdomyolyse et une insuffisance rénale sévère. Russula subnigricans est incriminée une fois de plus, mais cette fois avec une affection encore inconnue en mycotoxicologie: la nécrose des muscles striés ou rhabdomyolyse, qui fera encore parler d'elle peu de temps après avec les intoxications causes par le bidaou en France.

La dernière intoxication remonte à août 1995 à Toyohashi, qui fut fatale à un couple de mycophages sexagénaires.

Arora, 1986- Mushrooms Demystified (2° éd.), page 90
Bills, 1985- Brittonia 37, page 360-365
Eyssartier et Roux, 2011- Guide des Champignons p. 42
Guez, 2002- Lettre de la SMF n° 0
Halling & Mueller, 1999-Nybg.org/bsci/res/hall/., page html pl. n° 136
Hongo, 1955- Journ. Jap. Bot. 30(3): 79
Imazeki & Hongo, 1989 原色日本新菌類図鑑 (Colored Illustrations of Mushrooms of Japan), Vol. II, pl. n° 581
Imazeki, Otani & Hongo, 1988-日本のきのこ(Fungi of Japan) planche p.359
Shaffer, 1962-Brittonia 14(3), page 254-284